Au sens littéral du terme, le bushcraft veut dire l’artisanat de la brousse. Si l’on voulait être plus précis on pourrait plutôt dire qu’il s’agit d’une manière de vivre dans les bois. Le but du bushcraft est d’apprendre ou plutôt de réapprendre, à savoir vivre dans la nature et d’acquérir les compétences nécessaires dont disposaient nos aïeux pour y vivre confortablement.
Si à l’origine ce terme vient de Nouvelle-Zélande et d’Afrique du Sud, il a fait son apparition en Europe grâce à Mors Kochanski.
Le bushcraft regroupe un très grand nombre de connaissances ou de pratiques. Ainsi il permet de savoir réaliser un feu avec des techniques primitives ou très anciennes. Pour se protéger des intempéries le bushcrafteur devra savoir construire un abri à l’aide de branches ou de branchages, voire dans certains cas de terre.
L’eau est toujours quelque chose de très important particulièrement lorsque l’on se dépense à l’extérieur. Ainsi le bushcraft apprend également à savoir trouver de l’eau, mais surtout à la rendre potable.
Pour réaliser toutes ces tâches le bushcrafter va également devoir savoir manier des outils coupants, que ce soit des couteaux d’urgence, des hachettes, des machettes etc .
Le froissartage est généralement appris. Cela consiste à réaliser des structures, par exemple un lit en hauteur, sans que l’on n’utilise ni clou ni vis. C’est une technique qui est dérivée des scouts.
Le pistage et la chasse sont également des compétences qui sont souvent acquises par certains bushcrafters . Ils décident de ne se nourrir uniquement de ce qu’ils arriveront a trouver ou à obtenir pendant le temps qu’ils passeront dans la nature.

tout savoir sur le bushcraft
Bien souvent les bushcrafters vont également apprendre à réaliser des ustensiles ou des outils, que ce soit des cuillères, des bols etc.
D’une manière plus générale ce sont toutes les activités liées à la sculpture du bois qui devront être apprises.
Certains bushcrafters peuvent passer des semaines entières dans la nature et finissent par se construire généralement des coins qui sont très confortables. Le principal argument qui est généralement opposé aux bushcrafters est qu’ils ont tendance à consommer énormément de bois pour survivre et donc que leur mode de fonctionnement n’est pas très résilient.