En cas de rupture de la normalité, un ville peut rapidement devenir un zone de chaos, suivant la tournure que prennent les évènements.
Il convient donc de s’y préparer le mieux possible.

COMMENT SURVIVRE EN VILLE

1) Des zones étroites, où le danger peut vite apparaitre
Contrairement à la campagne où l’on voit généralement le danger arriver à l’avance (ce qui permet de s’y préparer un peu plus longtemps à l’avance), l’architecture urbaine fait que l’on ne voit généralement le danger qu’à la dernière minute.
Lors de vos déplacements, vous veillerez donc à toujours bien voir quelles sont les zones qui peuvent vous permettre de vous échapper, où à défaut, celles les plus propices pour mener un combat si cela est la seule issue.
Si le manque d’espace en ville est généralement une mauvaise chose pour un survivaliste, à vous d’essayer d’en faire un atout, ou tout du moins d’en limiter les inconvénients.

2) La ville : un lieu où manquent rapidement eau et nourriture
Les villes n’ont aujourd’hui que quelques jours de réserves alimentaires (on parle de seulement 3 jours pour Paris par exemple), ce qui fait que les gens peuvent très rapidement se trouver à cours de nourriture s’ils ne sont pas prévoyants.
Lorsque l’on voit le comportement des gens lors des soldes qui se battent pour une simple promotion, imaginez si demain il s’agissait de nourriture pour ne pas mourrir de faim…
Il est donc très important de pouvoir être autonome en eau mais aussi en nourriture le plus longtemps possible pour éviter le plus possible les zones qui connaitront des émeutes ou des conflits probables (tels que les supermarchés par exemple).

3) Une forte densité qui peut s’avérer dangereuse en cas d’épidémie
Lorsque l’on parle de rupture de la normalité, les gens pensent souvent de prime abord à des émeutes, une guerre civile, ou des catastrophes naturelles. Une autre option, tout aussi envisageable est celle d’une épidémie.
Etant donné la forte concentration de population, mais aussi les incessants mouvements de celles-ci, la propagation d’une maladie grave et inconnue pourrait vite avoir des conséquences désastreuses.
De nombreux films ont déjà traité de ce sujet, mais il y a fort à parier qu’en cas de réelle épidémie, le résultat serait bien plus sombre que prévu par les cinéastes…

4) Des zones où la sécurité est plus précaire
Les différents points cités ci-dessus peuvent facilement causer une très forte insécurité, or les populations urbaines ont tendance à disposer de moins de moyens de protection active que les ruraux.
En effet, si d’un point de vue défense passive on peut considérer qu’un urbain a plus de protection (car en appartement la porte d’entrée est souvent le seul point d’entrée), il a par contre peu ou pas de moyens de défense active.
Hormis parfois une petite bombonne de gaz lacrymogène chez certaines femmes, il est assez rare de disposer chez soi d’un moyen de défense, là où, à la campagne, on trouve encore assez facilement des chasseurs, disposant donc d’un moyen de défense efficace.
Ceci est d’ailleurs assez paradoxal, car c’est finalement en ville que les citoyens auraient le plus besoin de ce mode de protection.